La coopération en réponse à la crise

L'histoire des coopératives en Languedoc démarre à la fin du 19ème siècle, dans un contexte de surabondance de vin sur le marché. C'est pour contourner les intermédiaires (courtiers et négociants) qui imposent leur loi, que les syndicats de viticulteurs décident d'organiser les premières bourses au vin et de vendre ainsi la production directement au consommateur. En prolongement de ces actions syndicales, le mouvement de coopération va s'enclencher rapidement avec la construction des premières coopératives dès 1905. L'idée n'est pas de seulement vendre en commun mais aussi d'élaborer et vinifier le vin en commun en mutualisant les moyens techniques.

Un village = Une cave

cave coopL'adhésion est ouverte à tous et la gestion est faite ensemble: un homme, une voix. Les avantages de la coopération s'impose à tous ceux qui n'ont pas les moyens de s'agrandir ou de rénover leur équipement et le mouvement se propage et s'amplifie. Au milieu du XXème siècle chaque village a sa cave. La coopérative est devenue un lieu essentiel de l'activité sociale, aussi naturel que la mairie ou l'église!

Se transformer pour s'adapter

Dès les années 60, le marché du vin évolue et ouvre ses frontières au marché commun. Les nouvelles exigences de qualité obligent les coopératives a remettre en cause un système de production essentiellement axé sur la quantité. A partir du milieu des années 70 commence alors une vague de restructuration, fusions et regroupements, résultat de l'adaptation aux nouvelles exigences du marché. En 10 ans, la coopération perd la moitié de ses adhérents. Les méthodes de production sont transformées: on abandonne le système de rémunération au kilo et au degré pour un système de rémunération qualitative différenciée avec des primes à la qualité de la vendange et aux nouveaux cépages. L'offre est segmentée pour s'adapter à la demande, on réduit les rendements...

La coopérative, entité du patrimoine Languedocien

MontpeyrouxAujourd'hui le mouvement de coopération est affaiblit, plus de 80% des coopérateurs ont disparu en un demi-siècle, mais il concentre encore 70% de la production de vins. La coopération a également marqué durablement le paysage avec une architecture qui oscille entre patrimoine industriel et oeuvre achitecturale.

Parmi les caves encore en activité, vous pouvez vous rendre à la cave coopérative de Montpeyroux qui a décidé de mettre en lumière les valeurs de la coopération et le lien social qu'il développe à travers une exposition ethno-photographique dans le caveau même de la coopérative.

www.montpeyroux.org

 

La coopérative de Bélesta dans les Pyrennées Orientales a été transformée en hôtel haut de gamme avec restaurant gastronomique tout en maintenant la production de vins.
www.riberach.com

Plus originale, la cave coopérative de Grabels est bien connue des amoureux de la grimpe car elle a été réhabilitée en salle d'escalade !

 

Source : Caves coopératives en Languedoc-Roussillon, Edition Lieux Dîts

À lire sur le Blog